Terrains

Afin d’identifier des modalités distinctes d’usage et d’insertion des PSE dans des mix de politiques publiques et privées, Pesmix comparera les systèmes de PSE de deux pays :

  • le Mexique, pays émergent, où l’État met en œuvre deux grands programmes nationaux de PSE ;
  • Madagascar, pays moins avancé, où des opérateurs privés (ONG de conservation…) mettent en œuvre un grand nombre de PSE à petite échelle.

Dans les deux pays les PSE bénéficient à des communautés qui considèrent la forêt comme une possession collective – peu d’agriculteurs individuels en bénéficient.

L’hypothèse de Pesmix est que l’efficacité des PSE, les éventuelles synergies (ou conflits) avec d’autres instruments dépendent des caractéristiques des communautés et du degré de décentralisation ou de dévolution de la gestion des ressources naturelles. Au Mexique, le système des ejidos limite l’utilisation de la ressource (utilisateurs de la forêt) et met en œuvre une gouvernance locale formalisée avec des règles écrites internes ; la communauté dispose donc d’une certaine indépendance pour exploiter la forêt. A Madagascar, l'État est légalement propriétaire des forêts ; le « transfert de gestion» aux communautés locales est loin d'être généralisé.

Cookies de suivi acceptés