Le projet

Les paiements pour services environnementaux (PSE) sont reconnus comme un instrument pouvant conserver et restaurer les écosystèmes en danger. Ils sont fréquemment promus dans les pays en développement, parce qu’ils réduiraient aussi la pauvreté.

Depuis leur création, les PSE ont été opposés à d’autres instruments de gestion environnementale, agricole ou de développement rural : l’implémentation de la réglementation environnementale (command and control), la certification, la fiscalité, les subventions, les projets intégrés de conservation et de développement. Or tous ces instruments interagissent : en synergie, en conflit ? Comment intégrer les PSE à la panoplie d'instruments économiques et juridiques afin de mieux gérer les externalités environnementales ?

Pesmix s’est fixé comme objectifs de répondre à ces questions, en comparant les systèmes de PSE mis en œuvre dans deux pays : Madagascar et le Mexique.

Cookies de suivi acceptés